J'ai testé ! Le Nanofil de chez Berkley.

Publié le par Mad-Max

J'ai testé ! Le Nanofil de chez Berkley.

Salut à tous.

Aujourd'hui je lance une nouvelle série d'articles sous la dénomination "J'ai testé ! ...". Ce sera l'occasion pour moi de vous faire un retour d'expérience sur différents produits que j'utilise ou que j'ai utilisé, qu'il s'agisse d'une canne, d'un moulinet, d'un leurre, d'un fil ou de tout autre accessoire de pêche.

On attaque donc avec une ligne présentée par ses créateurs comme "la nouvelle génération de ligne de pêche" : le Nanofil de la marque Berkley.

Voilà ce que dit le site officiel de Berkley sur ce produit.

Berkley® Nanofil.

Ce n'est pas un nylon, un fluorocarbone ou une tresse. Il s'agit tout simplement d'une nouvelle génération de fil. Parfait pour réaliser de longs lancers. Les pêcheurs en spinning apprécieront les caractéristiques du Nanofil qui permet de réaliser de longs lancers et de battre un maximum de terrain. Il est réalisé 100 % en Dyneema®, qui sont les fibres les plus résistantes. Il bénéficie ainsi d'une excellente résistance par rapport à son diamètre (ligne la plus fine par rapport à sa résistance en kg). Le Nanofil a remporté 4 prix sur la scène internationale et a été élu meilleur fil de l'année lors de l'Efttex et de l'ICAST.

- Grande sensibilité,
- Facile à lancer,
- Très souple,
- Très bonne résistance par rapport au diamètre,
- Parfait pour pratiquer toutes les techniques.

Site officiel Berkley France.

On en reste là pour la parenthèse "Marketing" ... Berkley sait vendre ses produits, à n'en pas douter, et c'est bien pour ça qu'il faut se détacher du discours marketing et se faire sa propre idée des qualités d'un produit au bord de l'eau. C'est ce que j'ai fait et que je vais partager avec vous ici.

Avant de vous donner mon avis sur cette ligne "nouvelle génération", je vais détailler un peu l'offre Berkley sur ce produit.

Le Nanofil est aujourd'hui disponible en 4 coloris :

  • Clear Mist - Coloris blanc, qui a été le premier disponible sur le marché,
  • Red - Rouge,
  • LV Green - Vert, faible visibilité,
  • HV Chartreuse - Jaune, haute visibilité.

Au niveau des diamètres et des résistances, le Nanofil est disponible comme suit :

  • du 2/100ème au 8/100ème, pour une résistance de 1,4 kg à 4 kg, uniquement disponible en bobines de 50 mètres, coloris Clear Mist.
  • du 10/100ème au 28/100ème, pour une résistance de 5,7 kg à 20 kg, en bobine de 125m ou 270m ou 1800m, les 4 coloris étant disponibles.

Enfin, le prix se situe autour des 12/13 € pour les petits diamètres en bobine de 50m, de 23 € pour les bobines de 125m et 40 € pour les bobines de 270m.

Berkley Nanofil ... le premier Uni-filament

Berkley Nanofil ... le premier Uni-filament

Rentrons un peu dans le détail de ce fil et ses caractéristiques, ou du moins, ce que l'on peut en attendre.

Berkley présente ce produit comme un "Uni-Filament". Ce n'est ni un nylon, ni une tresse, ni un fluorocarbone. Il s'agit d'une ligne issue de la "fusion" de brins de Dyneema, matière connue pour son utilisation dans les tresses. Le Nanofil est un produit lisse comme un nylon, pas aussi rond que ce dernier (car non extrudé), présentant des caractéristiques plutôt proches de celles d'une tresse.

Le résultat est donc un fil présentant les caractéristiques suivantes :

  • Un bon rapport résistance / diamètre,
  • Peu de mémoire,
  • Peu ou pas d'élasticité,
  • Une bonne sensibilité,
  • Une bonne capacité de lancer.

Beaucoup de bons points sur le papier. Mais dès les vidéos de présentation, un point faible semble ressortir : la tenue au nœud. Berkley n'en fait pas trop état et préfère en parler de manière déguisée en présentant toute une série de nœuds dits "adaptés au Nanofil", souvent doublés et nécessitant un point de colle. En effet, ce fil semble glisser énormément au nœud et nécessite donc une attention particulière sur ce point.

Pour s'en convaincre, voilà les schémas de quelques nœuds proposés par Berkley :

Nœuds pour le Nanofil.

Nœuds pour le Nanofil.

Un autre point, qui n'est pas du tout abordé par Berkley, c'est la résistance à l'abrasion. Compte tenu de la proximité des caractéristiques avec celles d'une tresse, il y'a fort à parier que ce n'est pas un point fort de ce fil. Mais comme pour la tresse, l'utilisation d'un bas de ligne en fluorocarbone semble indiquée pour palier à ce problème, ainsi qu'à la problématique de la visibilité de la ligne, car la aussi le Nanofil est à rapprocher d'une tresse qui est tout sauf invisible dans l'eau.

Passons maintenant à mon retour d'expérience sur le Nanofil.

J'ai utilisé le Nanofil pendant environ 15 sessions de pêche, dans sa version Clear Mist (Blanc) en 12/100ème pour une résistance de 6,9 kg (constructeur). J'ai monté une bobine de 125 mètres sur mon moulinet Shimano Stradic 1000 FI. C'est donc dans un contexte plutôt "Finesse - Light" que j'ai réalisé cet essai. La canne utilisée était ma Sakura Rookie 702 UL Custom, qui est plus une L qu'une UL : je dirais 3 - 10g. J'ai principalement pratiqué la pêche en Drop Shot avec des plombées de 5 à 10 grammes. Un 10/100ème aurait peut-être été plus adapté à cet ensemble, mais finalement, le 12/100ème est loin d'être incohérent.

Voilà pour le contexte. Je vais maintenant vous dire, point par point, mon expérience avec ce fil en reprenant les différentes caractéristiques.

1. Diamètre et résistance :

Berkley nous a habitué à des diamètres parfois fantaisistes ... ce n'est pas différent pour le Nanofil. Il est un peu plus gros que ce que l'on pourrait attendre d'un 12/100ème comme celui que j'ai essayé. Ce n'est toutefois pas excessif et ça ne pénalise pas tant que ça. Ceci tient aussi au fait que ce fil n'est pas non plus parfaitement rond, contrairement à un nylon.

Au niveau de la résistance, je n'ai relevé aucun problème, tant en termes de résistance linéaire qu'au niveau des nœuds. Je n'enregistre aucune casse anormale. Après, avec un 12/100ème pour 6,9 kg, je ne prenais pas trop de risque de ce point de vu là.

On peut donc dire que le contrat est rempli par Berkley sur ce point : le Nanofil offre de très bonnes résistances pour des diamètres plutôt fins.

2. Elasticité et sensibilité :

Le Nanofil présente une très faible élasticité, au même titre qu'une tresse. C'est un point important pour le genre de pêche tactile que je pratique. Toutefois, en accompagnement de cette "non élasticité", je m'attendais à une haute sensibilité, mais je dois dire que je suis un peu déçu par le Nanofil sur ce point. En effet, la transmission des touches est selon moi bien inférieure à celle d'une tresse. Ce n'est pas du niveau du nylon, auquel il est supérieur sur ce point, mais c'est en dessous de la sensibilité d'une tresse.

3. Mémoire et capacité à lancer :

Le Nanofil se comporte bien sur un moulinet spinning. Il ne présente effectivement pas une mémoire importante, ne vrille pas et ne fait pas de boucles comme un fluoro ou un nylon. Il n'est toutefois pas si souple que veut bien le dire Berkley. Durant mon test, je n'ai eu aucun problème sur cet aspect là : pas la moindre perruque en 15 sorties.

Au niveau de la capacité à lancer, point mis en avant par Berkley sur la base de l'aspect très lisse de ce fil, je dois avouer ne pas avoir été époustouflé. Ce fil ne fait aucun bruit dans les anneaux et semble glisser très bien, mais je lance aussi loin si ce n'est plus avec ma tresse en PE 0,6. Voilà donc pour moi une caractéristique très mise en avant pour ce fil, qui ne tient pas tant que ça sa promesse.

4. Le Nanofil et les nœuds :

Je n'ai pas d'expérience pour ce qui est de raccorder directement le Nanofil à un hameçon ou à un émerillon car j'ai toujours utilisé un bas de ligne en fluorocarbone. J'ai donc de l'expérience lorsqu'il s'agit de faire le lien Nanofil / bas de ligne.

Je n'ai pas utilisé le Double Albright comme présenté ci-dessus dans les nœuds adaptés au Nanofil. Je trouve ce nœud trop gros, et encore plus lorsqu'il est doublé. Je lui ai préféré d'abord le Double Grinner, qui semblait donner satisfaction à d'autres utilisateurs du Nanofil, puis le nœud FG, qui comme vous le savez, a ma préférence pour ce genre de raccord.

Double Grinner - Pensez à faire 5/6 tours avec le fluoro, et 10/12 tours avec le Nanofil.

Double Grinner - Pensez à faire 5/6 tours avec le fluoro, et 10/12 tours avec le Nanofil.

Pour le nœud FG, la technique consistant à tresser avec le corps de ligne autour du fluorocarbone est difficile à mettre en œuvre, car le fil glisse beaucoup et a du mal à mordre dans le fluoro. De plus, lors du serrage des spires, le Nanofil a tendance à s'abimer du fait du frottement (on reviendra sur ce point un peu plus bas dans cet article). Il faut donc utiliser une autre technique de confection du nœud FG qui consiste à tendre le corps de ligne (Nanofil) et à réaliser la chaussette en faisant passer le fluoro de part et d'autre du Nanofil.

Cette dernière technique n'a pas ma préférence car elle gaspille beaucoup de ligne, que ce soit du fluoro ou du corps de ligne. Plus simple qu'une explication, que je n'arrive pas à faire plus claire que ci-dessus, je vous invite à regarder cette vidéo qui montre comment faire le FG avec du Nanofil (ça se passe à 5min27s).

FG sur le Nanofil.

Au final, mon expérience avec les Nanofil pour ce qui concerne les nœuds est positive. Je n'ai pas eu la moindre casse au niveau du raccord au bas de ligne. J'y ai porté une attention toute particulière lors de la confection et à l'usage, mais les 2 nœuds présentés ci-dessus font parfaitement le travail.

Personnellement, je vérifie et refait si nécessaire mon nœud de bas de ligne avant chaque partie de pêche. Donc mes nœuds ne font que rarement plus d'une sortie avant d'être refaits. C'est pour moi une sécurité, que je n'applique pas qu'au Nanofil. J'ai toutefois noté que le Nanofil a tendance à s'effilocher après des passages répétés dans les anneaux, ce qui m'a encouragé à conserver ma pratique qui consiste à refaire le nœud régulièrement.

5. Résistance à l'abrasion :

Voilà un point d'attention avec le Nanofil. N'ayant jamais monté mes leurres en direct, du fait de la forte visibilité de ce fil, je ne peux pas en parler du point de vue d'un potentiel contact avec le fond. Par contre, j'ai pu observer deux phénomènes dont je viens de faire une première mention dans la partie relative aux nœuds.

En effet, en essayant de réaliser le Nœud FG de manière classique, j'ai constaté qu'en serrant les spires du nœud, le Nanofil avait parfois tendance à s'effilocher. Ceci est certainement lié au frottement entre les spires lors du serrage. L'utilisation de la méthode décrite dans la vidéo ci-dessus permet de palier à ce problème pour réaliser le nœud FG.

J'ai par contre constaté le même résultat sur le nœud après une session de pêche, et donc quelques dizaines de lancers et passages du nœud dans les anneaux. Sans que cela n'aboutisse à une casse, je dois dire que ce point a attiré mon attention et m'a amené à refaire le nœud quand c'était le cas, sans attendre une casse.

A mon sens, le Nanofil ne présente donc pas une grande capacité de résistance à l'abrasion. Elle semble similaire à celle de la tresse. Mais il semble aussi être sensible aux frottements entre brins de Nanofil. Il faut donc en tenir compte lors de la confection des nœuds et surveiller l'évolution des nœuds qui sont soumis à un passage dans les anneaux notamment.

6. Autres observations :

A l'usage, j'ai pu constater deux autres choses que je souhaite partager avec vous sur ce fil. Ces deux points se rapportent à l'aspect très lisse du Nanofil. Bien que je n’aie pas trouvé de différence dans les distances de lancer (voire même une diminution par rapport à une tresse que j'utilise en parallèle), j'ai observé que le Nanofil avait très peu de prise au vent et descendait très vite dans les couches d'eau, par comparaison avec une tresse. Voilà deux caractéristiques non mentionnées par Berkley qui peuvent être intéressantes pour qui affronte des vents ou des courants forts.

Conclusion

Ma conclusion est donc mitigée sur ce produit. Je ne rejoins pas ceux dont la bobine de Nanofil a fini à la poubelle après deux sorties, mais je ne valide pas non plus l'affirmation de Berkley d'une ligne "nouvelle génération".

Le Nanofil ne tient pas toutes ses promesses, mais n'en est pas pour autant une mauvaise ligne, notamment si on a la patience de réaliser avec soin ses nœuds et de les surveiller.

Je lui trouve des qualités, comme cette faible prise au vent et au courant, son rapport diamètre / résistance qui est plutôt bon et le fait que cette ligne se comporte très bien sur un moulinet spinning du fait de sa faible mémoire. Je le trouve même meilleur que la tresse sur ce dernier point, car il réduit le risque de perruque, ce qui peut être avantageux pour ceux qui ne font pas bien attention au bon enroulement de leur fil sur le moulinet.

Je reste toutefois sur ma faim du point de vue de la sensibilité / transmission des touches, et de la capacité de lancer qui sont en dessous de celle de la tresse. La difficulté de réalisation d'un nœud FG sans gaspiller est aussi un frein pour moi, tout comme l'effilochement de la ligne après des passages répétés dans les anneaux.

A titre personnel, je ne vais pas continuer à utiliser le Nanofil. Les légers gains ne compensent pas suffisamment les légères pertes en comparaison avec la tresse, produit avec lequel je suis plus à mon aise et plus en confiance.

Mais ma ligne ne va pas finir à la poubelle. Je pense la monter sur le moulinet du fils de ma copine, qui pêche parfois avec moi. Il débute avec du nylon, mais l'élasticité de cette ligne est vraiment pénalisante pour pêcher en Drop Shot. Je pense que le Nanofil lui conviendra. Je ne veux pas lui mettre une tresse car sinon je vais passer mon temps à défaire des perruques. Le Nanofil ne devrait pas avoir ce problème car il supporte assez bien les approximations de bobinage. En contrepartie, il lui apportera plus de sensibilité en comparaison avec un nylon.

De même, J'ai aussi une bobine en 17/100ème pour 9,7 kg et je compte la monter sur une canne pour la pêche au bar, canne que je mets à disposition de mes invités, souvent des débutants. Je vois là le moyen de leur mettre à disposition un matériel qui n'est pas trop compliqué à gérer, sans sacrifier complètement la sensibilité comme le ferait un nylon.

Voilà pour ce premier article de la série "J'ai testé ! ...". N'hésitez pas, vous aussi, à donner votre avis sur le Nanofil dans la section "commentaire".

Je vous dis à très vite, pour de nouveaux articles.

Max.

Publié dans Matériel, Fil, Tests

Commenter cet article

Clodit 19/03/2017 12:08

Je lis beaucoup de commentaires sur le nanofil et ses défauts les nœuds - l'abrasion et autres
je pêche depuis 60 ans, je n'ai jamais vu un fil aussi pratique, facile, sans mémoire, je lance beaucoup plus loin sans effort supplémentaire pour moi une vrai merveille, la seule chose qu'on peut lui reprocher
c'est son prix j'aimerai l'avis objectif d'autres utilisateurs.
Clodit